• Sakina Traoré

Confessions d'une ex addict



La question qui te passe sûrement par la tête au moment où tu atterris sur cette page de mon blog, c'est : " addict à quoi, exactement ? ", n'est-ce pas ?


Eh bien, désolée pour les gens qui ont cliqué sur le lien à la recherche d'un bon potin, je n'ai été addict, dans mon ancienne vie, qu'aux Harlequins.


Alors oui, les mecs seront peut-être tentés de décrocher ici parce que j'imagine bien qu'une partie d'entre vous n'a absolument aucune idée ce que c'est et que l'autre partie se dit " oh, de la romance, les histoires de filles ".


Mais continuez à lire, ça pourrait au mieux, vous permettre de comprendre certaines femmes de votre entourage, et au pire, vous aurez des arguments pour interdire à vos futures filles, une consommation excessive de ces romans si particuliers.


Alors, comme dit dans le billet précédent sur la lecture, j'ai été accro pendant des années aux romans à l'eau de rose et plus particulièrement aux Harlequins. Pour ceux qui n'ont aucune idée de ce que c'est : ce sont des romans d'amour, des romans romantiques, des romans mielleux... ouais je vous ai servi une chaîne de redondance, soit.


J'ai commencé à en lire en classe de quatrième, quelques mois je pense, après avoir été introduite aux Adoras. Les Adoras, encore, ça va. C'est soft, c'est mignon et surtout c'est beaucoup plus proche de ma réalité de jeune femme ivoirienne et africaine.


Mais les Harlequins ? Ils ont complètement bousillé ma vision de l'amour, de la romance, de la vie de couple, de TOUT.


Oh ce que je les adore et les déteste en même temps ! Ces romans représentaient une aubaine incroyable pour moi. Pour la pré-adolescente et l'adolescente que j'étais, c'était une échappatoire délicieuse, qui m'emportait loin loin des problèmes et des disputes à la maison.


Alors je lisais. Je dévorais. J'enchaînais les romans comme Fior de Bior enchaîne les chansons " peu recherchées " mais si entraînantes ! Je ne me rendais pas compte de l'effet que ces histoires avaient sur moi ; à l'époque, c'était juste une distraction trop bien venue.


Mais aujourd'hui, à l'âge adulte, je regrette d'en avoir consommé un si grand nombre alors que personne autour ne m'a prévenue que ces livres ne représentent en rien la vérité.


Ouais ne me jugez pas, c'est vrai que j'écris de la fiction aussi depuis longtemps mais pour ma défense, dans mes livres, il y a toujours une partie de moi. De mon vécu, de ma personnalité, de mes rêves, de mes envies... alors peut-être qu'inconsciemment et naïvement mon esprit a cru qu'il y avait une partie réelle et possible dans ces histoires...


Bref. J'écris ce billet de blog aujourd'hui parce que bien que j'aie réussi plus ou moins à me défaire de cette addiction, ses effets néfastes persistent dans ma vie amoureuse. J'en suis venue à croire à une certaine version de l'amour qui, en vrai, n'existe pas.



Je croyais que, comme dans ces livres :


  • Un homme qui nous aime et qu'on aime, même s'il avait une vie de débauché avant, ne nous trompera jamais et n'ira plus voir ailleurs dès qu'il aura accepté son attirance pour nous.


Dans ces livres, une fois que le personnage principal masculin se sent attiré par le perso féminin, aucune autre femme ne lui fait de l'effet. Il ne fait que penser à elle, il ne veut qu'elle et il ne peut pas se résoudre à en toucher une autre.


En plus, tous les soupçons d'infidélité se révèlent toujours faux. Peu importe à quoi la situation ressemblait, le gars se révèle n'avoir jamais trompé la go. Soit c'était un coup monté soit il a résisté au dernier moment parce que ouais, il ne veut qu'elle.


Bref autant vous dire que j'ai pensé pendant longtemps que quand on est suffisamment attiré par l'autre et qu'on l'aime, on ne le trompe pas. Plus personne d'autre ne nous attire.


Et comment vous dire que je suis passé de désillusions en désillusions ! En tout cas, les hommes ivoiriens ont enlevé ça dans mes yeux (je cherche un Béninois, si vous connaissez).


  • La deuxième chose, c'est que je vois la vie désormais en film... ou en roman plutôt.


Puisque dans ces Harlequins, la rencontre entre les deux personnages principaux pouvait se faire partout... j'ai parfois cette attitude de petit margouillat où mon cou se tend dans tous les sens, à toutes les occasions pendant que dans ma tête je me demande " et s'il était ici ? mon prince charmant ? est-ce comme ça qu'on va se rencontrer ? nos regards vont-il se croiser et s'accrocher pour le reste de la soirée ? ".


Littéralement, je cherche constamment à deviner comment le roman de mon aventure amoureuse avec mon futur mari va débuter... je veux deviner le prologue et même l'épilogue ! Et comment vous dire que c'est épuisant ?


Donc si vous me croisez quelque part, murée dans le silence, en train de scruter la salle et les gens autour, ne vous posez pas trop de questions. Je suis en train de deviner si mon futur époux est caché là, dans un coin...


  • Je cherche la romance partout. En chaque moment...


Ce n'est pas forcément négatif puisque ça veut dire que je cherche le beau dans tout ce qu'on fait pour moi dans le contexte d'une relation amoureuse mais ça veut aussi dire... que je m'attends tout le temps à ce que la personne en face (même juste une amie ou ma soeur) fasse un truc hyper cute pour moi.


Dans mes romans, le gars fait toujours un truc inattendu pour la go. Elle pensait qu'il s'en foutait mais en fait, depuis le début, il la protégeait et il préparait un truc hyper romantique pour elle.


En clair, tu peux m'appeler juste pour passer me voir et être avec moi et dans ma tête je commence à me dire " est-ce qu'il va débarquer avec des fleurs ? est-ce qu'en fait, il ne m'a pas parlé de la journée parce qu'il me prépare une surprise ? ".


Mdrrr en fait, j'écris et moi-même j'ai envie de me taper. Les Harlequins m'ont complètement ravagée et je n'ai plus honte de le dire parce que j'ai besoin que : 1) vous compreniez certaines personnes autour de vous (ou vous-même si vous êtes une accro qui me lit) et surtout que vous éloigniez vos petites soeurs de ces livres.



Enfin, pas trop, parce qu'ils sont beaux quand même et trop bien à lire. Mais dosez, quand même. Et ne leur permettez que la Collection Azur... à moins que vous soyez prêts à avoir la grande discussion sur le sexe avec elles. Ah...



  • Je croyais que dans les histoires d'amour, il n'y avait qu'un seul grand obstacle à franchir


Les Harlequins se sont améliorés avec le temps, j'avoue. Aujourd'hui les histoires sont un peu plus complexes, reflétant un peu mieux la réalité d'une vie de couple mais avant, ils donnaient plus l'impression qu'une fois un couple formé... il y a toujours une seule et grande épreuve qu'ils doivent passer pour être heureux éternellement après.


Un conte de fées pour "adultes", quoi.


Et généralement, LE problème est toujours un problème de communication qui se règle assez facilement quand chaque personne baisse les armes et décide de se montrer vulnérable.


C'est jamais un lourd problème genre il a perdu son boulot, elle est dépressive, il dépense trop, ses parents ne sont pas d'accord... non c'est un problème qui se règle avec des " en fait, je t'ai toujours aimé, dès le début...".


Du coup, je pensais que, quand on se mettait en couple, il y avait toujours cette grande et unique épreuve à passer pour profiter du bonheur absolu après.


Pouaaah mais heureusement que j'ai grandi et que j'ai appris à la dure ! Ce fut un réveil brutal mais oh combien nécessaire.


Avant qu'on ne se quitte, une dernière chose ! Vous savez que la plupart du temps, les personnages de ces romans sont BLANCS ? Genre, Italien, Grec, Américain et j'en passe ?


Vous pensez que c'est pour ça que les blancs m'intriguent tellement ? BAH OUI pff. Pas que je suis particulièrement attirée par eux (ça ne peut pas être le cas tant que je ne suis pas rassurée qu'ils se lavent tous les jours) mais quand je les vois, je me dis " oh lui il doit être hyper charismatique et romantique " mdrrr. La bonne blague !


Bref je crois que j'en ai assez dit. Je repars avec ma honte mais eh en 2022 on a dit qu'on était vulnérables et on se connectait à soi et aux autres... donc je vous jette tout à la figure et je me barre !


Alors, à plus les amis, pour le prochain billet, eh eh.


N'oubliez pas de liker et de partager ce post, ça me ferait plaisir.



La bise,

Sassy_Sakina.


1 421 vues8 commentaires

Posts récents

Voir tout